Pascal Deguilhem
   

Une nouvelle fois, la République bafouée !




Une nouvelle fois, la République bafouée !
Le débat en cours sur le projet de réforme des retraites, auquel nous nous opposons fermement, vient d'être honteusement interrompu, ce matin à 9h30 (après une nuit de débat) par le Président de l'Assemblée Nationale Bernard ACCOYER, au moment des explications de vote pour lesquelles les députés de l'opposition s'étaient massivement inscrits comme ils en ont le droit.
Ce droit est inscrit dans le nouveau règlement de l'Assemblée Nationale, voulu par la majorité :

Article 49-alinéa 13
« Chaque député peut prendre la parole, à l'issue du vote du dernier article du texte en discussion, pour une explication de vote personnelle de cinq minutes.
Le temps consacré à ces explications de vote n'est pas décompté du temps global réparti entre les groupes... »

Comme nombre de mes camarades parlementaires, je m'étais inscrit pour ces explications de vote,  n'ayant pu intervenir dans la discussion sur les articles compte tenu du temps programmé (temps de parole limité pour chaque groupe parlementaire).
Sur une question aussi importante pour tous les Français, la décision prise par le Président ACCOYER d'interrompre les débats et de priver de parole 116 parlementaires en bafouant notre règlement est une nouvelle attaque inacceptable contre notre démocratie.

Vous retrouverez dans la page "actualité" une partie de mon intervention que j'avais prévu de dire à la tribune.