Pascal Deguilhem
   

Question d'actualité sur la suppression des RASED


Mercredi 8 février, j'ai interrogé le Ministre de l'Éducation Nationale sur la suppression des RASED.




Monsieur le Ministre de l'Education Nationale,

A partir de la rentrée prochaine, 250.000 élèves de l'école primaire n'auront plus les aides spécialisées dont ils ont besoin.
Ce sont ces élèves, les plus en difficulté, pour lesquels la réponse pédagogique de l'enseignant de la classe n'est pas suffisante, que vous abandonnez de façon dramatique en supprimant massivement les postes d'enseignants spécialisés (RASED).
Dès la rentrée 2008, votre prédécesseur Xavier Darcos avait initié  cette politique à haut risque pour les élèves qui rencontrent des difficultés durables d'apprentissage ou d'adaptation aux attentes scolaires.
Comment vous croire, Monsieur le Ministre, quand vous persistez à expliquer vouloir lutter contre l'échec scolaire et que vous supprimez à nouveau 3000 postes d'enseignants spécialisés à la rentrée 2012.
En 5 ans votre majorité aura fait disparaître la moitié de ces personnels qualifiés et engagés , à l'intérieur de l'école, dans la lutte contre l'échec scolaire.
Vous sacrifiez des milliers d'élèves, les plus fragiles, en sabordant les RASED, comme vous avez sacrifié la formation initiale et continue des enseignants, la scolarisation des moins de 3 ans, réduit les postes de remplaçants au delà du « raisonnable » et dégradé les conditions d'enseignement.
Vous allez me répondre Aide Personnalisée alors même que celle ci ne peut répondre qu'à un besoin de soutien ponctuel, ce qui n'a rien à voir avec la prise en charge de la grande difficulté scolaire.
Votre Inspection Générale s'est clairement exprimée à ce sujet, de même que plusieurs parlementaires de votre majorité.
Ce qui devait être une expérimentation, jamais évaluée, est devenue la variable d'ajustement de votre carte scolaire : 25 postes sur 70 supprimés dans mon département, la Dordogne, et c'est ainsi partout à la rentrée prochaine !
Monsieur le Ministre sauf quelques rares indications thérapeutiques, la saignée, censée améliorer l'état du malade a été abandonnée depuis longtemps.
Dans quelques semaines nous ferons cesser cette saignée idéologique dangereuse pour l'école de la République.