Pascal Deguilhem
   

Politique de la ville




Politique de la ville

Le gouvernement se situe dans la continuité de son action : faire toujours plus pour ceux qui ont le moins. La refondation de la politique de la ville a largement été engagée depuis deux ans autour de la loi de programmation pour la ville et de cohésion urbaine. C’est un travail à la hauteur de l’enjeu et de l’ambition que nous avons pour les quartiers de la politique de la ville, que nous souhaitons aujourd’hui amplifier. Le gouvernement a décidé d’investir plus massivement, et de façon plus coordonnée la lutte contre les mécanismes de ségrégations urbaines, en concentrant dans un même ministère les compétences pour y répondre, constituant ainsi "une unité de commandement", pour une politique de combat.

-  Combat pour concentrer les moyens sur ceux qui en ont le plus besoin. La Ministre en charge de la politique de la ville, Najat VALLAUD-BELKACEM sera en mesure de présenter la nouvelle géographie des quartiers prioritaires à la fin du mois de mai. Elle sera établie grâce à une méthodologie objective, transparente et homogène avec le critère unique de revenus des habitants fixé par la loi. 

-  Combat pour désenclaver les quartiers. Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) qui sera présenté avant l’automne en sera le bras armé. Il mobilisera 5 milliards d’euros de subventions de l’ANRU pour financer des opérations de travaux, de réhabilitations, d’aménagement urbain, de traitement de l’habitat insalubre. 

-  Combat pour désenclaver les esprits. Rien n’est plus indispensable que de recréer des espaces dans lesquels les jeunes issus de tous les horizons se rencontrent, apprennent à se connaître et se confrontent. La jeunesse sera la priorité centrale des contrats de ville, dons la négociation sera engagée avant l'été. 

-  Combat pour simplifier la vie des associations, qui sont devenus le socle incontournable de la démocratie locale et de la solidarité de proximité. 

-  Combat pour l'emploi. Najat VALLAUD-BELKACEM a fixé l’objectif de réduire de moitié cet écart dans un délai de 5 ans. Cela implique de repenser profondément la création d’emplois dans les quartiers et d'investir massivement pour le développement économique. 600 millions d’euros ont été dégagés et permettront de lever des investissements privés et co-investir dans des projets structurants comme des pépinières d’entreprises ou des maisons de santé. Un bilan des emplois francs a été initié pour nous permettre de relancer les aides à l'emploi pour les jeunes des quartiers, quel que soit leur niveau de diplôme. 

-  Combat contre les discriminations. Le rapport qu’a remis il y a plusieurs semaines Laurence PECAUT-RIVOLIER sur ce sujet constitue une solide base de travail. La Ministre de la ville souhaite avancer en étroite concertation avec les partenaires sociaux qu’elle reçoit actuellement.

Pour plus 
d'informations sur ce sujet cliquez ici.