Pascal Deguilhem
   

PLFSS 2015 : la modernisation de la politique familiale se poursuit




PLFSS 2015 : la modernisation de la politique familiale se poursuit
Depuis 2012, la modernisation de la politique familiale est engagée, reposant sur 4 orientations :

-       Promouvoir l’articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle ;
-       Recentrer les prestations vers les besoins prioritaires ;
-       Maintenir l’universalité de la politique familiale ;
-       Rétablir l’équilibre de la branche famille.

Les nombreux dispositifs mis en place ont déjà solutionné certaines défaillances et permis un meilleur quotidien aux familles. Cela se traduit concrètement par le plan de création de 275 000 solutions d’accueil des tout-petits sur 5 ans ; par la majoration des prestations dédiées aux familles monoparentales et nombreuses modestes ; par l’augmentation de 25% de l’ARS ; par la revalorisation et l’élargissement de l’accès aux bourses étudiantes.
 
Dans le PLFSS pour 2015, cette politique se poursuit, avec notamment :

-       La modulation de la prime à la naissance en fonction du rang de l’enfant, pour la recentrer sur la naissance du 1er enfant, qui concentre les besoins d’équipement des familles ;
-       La meilleure articulation entre vie familiale et professionnelle : le congé parental sera porté de 6 mois à 1 an pour le 1er enfant, et partagé entre les parents, pour augmenter la proportion de pères prenant un congé et raccourcir la durée moyenne d’éloignement du marché du travail des mères ;
-       Le décalage de 14 à 16 ans de la majoration des prestations familiales, pour la faire correspondre à la première année du lycée, année charnière en termes d’augmentation des frais liés à la scolarité et à l’entretien des adolescents notamment.
 
Ces mesures prennent en considération la situation économique actuelle, et visent à réduire le déficit de la branche famille proche de 3 milliards d’euros par an depuis 2010. En effet, environ 8% de ses dépenses ne sont pas couvertes par des recettes.

Il est toutefois important de signaler qu’aucune famille ne verra diminuer le montant des prestations qu’elle reçoit aujourd’hui. Les prestations familiales continueront à être revalorisées selon l’inflation. En outre l’ensemble des mesures d’économies ne portera que sur des prestations ou majorations de prestations que les familles ne perçoivent pas aujourd’hui.