Pascal Deguilhem
   

Le "vrai travail", une provocation de plus!




Le "vrai travail", une provocation de plus!
Au lendemain d’un premier tour qui aura consacré le rejet de la politique menée depuis 5 ans par le candidat sortant, Nicolas Sarkozy appelle à un rassemblement le 1er mai pour fêter le « vrai travail ». Avec 1 million de demandeurs d’emploi supplémentaire depuis 5 ans, c’est surtout le chômage et la précarité qui ont été à la fête pendant son quinquennat.


Les provocations récentes du candidat sortant et les appels du pied au Front National sont tout simplement insupportables!


La stratégie de Nicolas Sarkozy consiste à n’avoir aucun projet, ni aucune proposition, mais procéder par coup médiatique pour s’attaquer aux chômeurs à défaut de pouvoir s’attaquer au chômage, manifeste d’un mépris cinglant à l’égard du travail et explique grandement son bilan catastrophique sur le front de l’emploi.


Pour François Hollande et le Parti Socialiste, il n'y a pas de "vrai" ou de "faux" travail, mais bien la nécessité de mener une politique de l’emploi ambitieuse qui permettra le retour de la croissance, la baisse du chômage et l’amélioration des conditions de travail.

Souvenons nous de l'histoire du 1er mai :

En 1886 : À l'appel de l'American Federation of Labor, 350 000 travailleurs débrayent aux États-Unis pour réclamer la journée de travail de huit heures.
En 1889 : Première journée internationale de revendication des travailleurs instituée par la deuxième Internationale socialiste qui adopte le 1er mai comme jour de revendication.

En 1891: En France, Fusillade de Fourmies. À Fourmies (Nord), lors de la première célébration française et internationale de la journée d'action du 1er mai, la troupe tire sur les grévistes pacifiques ; bilan : 9 morts et 33 blessés.

Ne nous laissons pas voler le 1er mai par ceux qui n'y voient qu'un calcul électoral !

A Périgueux, défilé à partir de 10H30 sur les boulevards.