Pascal Deguilhem
   

La réforme pénale, pour mieux agir sur le risque de récidive




La réforme pénale, pour mieux agir sur le risque de récidive
L'objectif de cette réforme est de punir plus efficacement en adaptant la peine à chaque délinquant. Ainsi, les nouveaux dispositifs mis en place servent à mieux prévenir la récidive et à favoriser la réinsertion du condamné.

La peine et ses modalités d’exécution doivent répondre au niveau de gravité des faits sanctionnés et être adaptées à la situation du condamné. La réforme pénale abroge les automatismes qui empêchent le juge de prononcer une peine individualisée : le juge doit avoir les moyens de cerner la personnalité du condamné, son environnement et sa situation sociale. Concrètement, il s'agit de voir quels sont les risques de récidive et quels sont les facteurs favorisant la sortie de délinquance.

Ce projet de loi améliore les droits des victimes (soutien et accompagnement, indemnisation,…) et garantit leur intégralité tout au long de l’exécution des peines.

De plus, les moyens pour la Justice ont d’ores et déjà été renforcé avec notamment :

-     une augmentation de 25% des effectifs du Service pénitentiaire d'insertion et de probation (recrutement de 1 000 conseillers d'ici à 2017, dont 400 dès 2014) ;
-      la nomination de  30 juges d'application des peines et la création de 19 substituts chargés de l’exécution des peines ;
-      la création de 40 emplois de greffes ;
-      la création de 6 500 places de prison supplémentaires d'ici à 2017. 530 ont déjà été livrées en 2013 et 1200 le seront en 2014. 

La réforme pénale, pour mieux agir sur le risque de récidive