Pascal Deguilhem
   

La LSE pour que chacun ait une vision claire de son avenir professionnel




La LSE pour que chacun ait une vision claire de son avenir professionnel
La loi sur la sécurisation de l’emploi –LSE - fondée sur l’accord national interprofessionnel – ANI –  datant de 2013, est une réelle avancée dans la structuration d’un nouveau modèle du marché du travail.

Avant tout basée sur le dialogue social, l’élaboration de la LSE a initié un processus de dialogue constructif qui se poursuit aujourd’hui dans son évaluation. C’est pourquoi les partenaires sociaux ont souhaité approfondir le bilan de cette loi et celui de l’ANI jusqu’à la mi-mai. A l’issue de ces travaux sera examiné l’ensemble des correctifs législatifs ou règlementaires qu’il pourrait être nécessaire d’apporter.

Rappelons que la LSE a permis :

1. la création de nouveaux droits pour les salariés :
-       compte personnel de formation ;
-       droits rechargeables à l’assurance chômage ;
-       généralisation de la complémentaire santé ;

2. de mieux associer les salariés à la marche de l’entreprise :
-       représentation dans les conseils d’administration ;
-       consultation sur les orientations stratégiques ;

3. de donner aux entreprises des marges de manœuvre pour mieux s’adapter aux évolutions et aux chocs de la conjoncture.
 
 « Si nous voulons donner plus de souplesse, si nous voulons faciliter la vie des entreprises, il ne peut pas être question de créer de la précarité pour les salariés. Les salariés doivent avoir aussi une vision de leur avenir [...] pour [pouvoir] consommer, acheter, s'équiper », allocution du Président de la République du 3 avril 2015.