Pascal Deguilhem
   

L’apprentissage au cœur de nouvelles mesures




L’apprentissage au cœur de nouvelles mesures
Le Président de la République et son gouvernement ont fait de la jeunesse et de sa formation une priorité. C’est pourquoi lors de la journée de mobilisation pour l’apprentissage, François HOLLANDE a déclaré le 19 septembre dernier : « Relancer l’apprentissage, c’est relancer l’emploi, [...] c’est réaffirmer la priorité à la jeunesse, [...] c’est permettre l’élévation du niveau de qualification, [...] c’est relancer l’Education nationale, [...] c’est revaloriser le travail, qui est une grande valeur républicaine à condition qu’il soit ouvert à tous ».

En réunissant tous les acteurs - représentants syndicaux, patronaux, Régions, chambres consulaires – l’objectif est clair : mettre en place des mesures pour assurer l’insertion des jeunes dans le monde du travail et figurer l’apprentissage comme une voie de réussite.

L’ambition d’atteindre 500 000 apprentis en 2017, contre 415 000 en 2013, ne préfigure pas sur la qualité de la formation ou encore l’accompagnement permettant d'accéder à un emploi et à un véritable métier.
C’est pourquoi l’Etat et les collectivités s’engagent à montrer l’exemple en passant de 700 apprentis aujourd’hui à 10 000 d’ici 2 ans.
Pour faciliter cette mobilisation autour du recrutement d’apprentis des moyens supplémentaires sont mobilisés :
-       Une prime de 1 000 euros sera accordée pour l’embauche de tout apprenti supplémentaire dans les entreprises de moins de 250 salariés, et non plus seulement lors de l’embauche d’un 1er apprenti. Cette prime sera accordée sans conditions, et entrée en vigueur au 1er septembre.
-       L’Education nationale va accroître son implication : « le nombre de jeunes en apprentissage dans les établissements publics sera porté de 40 000 à 60 000 afin de compléter l’offre des CFA », allocution du Président de la République du 19 septembre 2014.
-       Dans le cadre des négociations sur le Pacte de responsabilité et de solidarité, les branches professionnelles devront faire de l’apprentissage une des obligations dans cet espace de dialogue.

De plus, le gouvernement aménage de nouveaux dispositifs pour une simplification des procédures administratives afin de faciliter les démarches d’embauche. Les apprentis se verront accorder de nouveaux droits et prestations. Par exemple, leur rémunération ne sera plus calculée uniquement sur un critère d'âge.