Pascal Deguilhem
   

Indicateurs de la reprise économique




Indicateurs de la reprise économique
« C'est au moment où nous sommes dans [une] phase de reprise qu'il faut ouvrir les yeux, ne rien nier de la réalité, des difficultés, mais avoir confiance dans ce que nous sommes », allocution du Président de la République du 12 mars dernier.  
 
Quelques-uns des derniers indicateurs publiés en ce début d’année 2015 :
 
1. Sur l’ensemble du contexte macro-économique :
 
- L’euro est à son niveau le plus faible (favorisant l’exportation) depuis mars 2003, puisqu’il est déjà pratiquement à parité avec le dollar ;
 
- La baisse du prix du pétrole depuis cet été représente 20 milliards d’euros, redistribués pour les entreprises et les ménages, à part égale. Pour un ménage, c’est une économie de 350€/an en moyenne tout confondu (chauffage, carburant, ...) ;
 
- Les taux d’emprunt français sont au plus bas historique, le taux à 10 ans est aujourd’hui égal à 0,5%.
 
2. Pour les ménages :
 
-  Le nombre de demandeurs d’emploi a baissé en janvier de 0,5 %, soit 19 100 personnes en moins (cat. A), pour la première fois depuis août 2014. La baisse concerne plus particulièrement les jeunes (-7 600, soit -1,4 %), qui n’avaient pas connu une telle diminution depuis plus d’un an ;
 
- Les gains en pouvoir d’achat s’élèvent sur un an à +1,4% pour le salaire mensuel de base et le salaire horaire de base des ouvriers et des employés ;
 
- La confiance des ménages se redresse, de +2 points à 90 en février ;
 
- La consommation des ménages en biens est à nouveau en hausse, avec une ampleur inattendue en janvier ( +1,6%).
 
3. Pour les entreprises :

- Une progression de l’investissement est attendue au 1er semestre 2015, selon l’enquête trimestrielle de janvier 2015 portant sur les investissements dans l’industrie. Sur l’ensemble de l’année 2015, les industriels révisent à la hausse leurs prévisions d’investissement dans l’ensemble des secteurs. Les révisions sont particulièrement marquées dans les industries agro-alimentaires (+1% contre -8% attendus 3 mois plus tôt) ou dans le secteur automobile (+10% après -8%) ;
 
- La France a connu en 2014 sa plus forte croissance de demandes de brevets depuis 2008, avec 12 900 demandes déposées auprès de l’Office européen des brevets (OEB) en 2014, en particulier dans la communication numérique – où elle a déposé 10% des demandes – et des transports.