Pascal Deguilhem
   

Il est temps d’ouvrir les yeux et d’agir. Refusons les manipulations frontistes !




C’est à l’occasion des européennes de 1984 que le Front national alors mené par Jean-Marie Le Pen déboussole la scène électorale française, en réalisant un score de 10,95%. C’est alors un véritable séisme. Pourtant aujourd’hui, c’est sans équivoque que les intentions de vote placent ce parti d’extrême droite aussi haut, le FN conduit par Marine Le Pen, obtiendrait 24% des voix dans un scrutin de même nature.
Ne nous cachons pas derrière de faux semblant, en prétextant les contextes locaux, la dynamique est du côté du FN, comme l’a démontré la dernière présidentielle avec la progression des voix entre les deux tours. La force d’attraction inhabituelle tant à droite qu’à gauche de ce parti d’extrême droite est bien réelle. Un Français sur quatre serait prêt à voter pour une liste FN lors des municipales, selon une enquête LH2 pour Nouvelobs.com.
Alors réagissons, dénonçons cette idéologie populiste – ultranationaliste, anti-immigration et antieuropéenne – incarnée par le FN. N’oublions pas que le populisme a la capacité d’agréger ce qui est confus. Ce parti d’extrême droite cherche à semer le trouble en utilisant le cocktail de l’insécurité et de l’overdose fiscale. Voulant se positionner comme l’unique force de contestation radicale, il opère une séduction nouvelle sur les classes moyennes et populaires. Mais gardons nous de l’écouter car c’est le système politique qu’il conteste dans sa légitimé même.
Entendons Romain GARY, « Le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres. »
Ne laissons pas le FN stigmatiser l’Europe comme une force diabolique prête à s’infiltrer partout. Il ne s’agit pas de perdre notre identité intellectuelle – identité nationale, traditions – et notre patrimoine – emploi, pouvoir d’achat – mais de travailler à un système économique pérenne, car comme le précisait Jean JAURES, « les patries, [qui,] en leur mouvement magnifique de la nature à l’esprit, de la force à la justice, de la compétition à l’amitié, de la guerre à la fédération, ont à la fois toute la force organique de l’instinct et toute la puissance de l’idée ».
La République ne peut accepter des écarts de langage qui viennent prolonger des écarts de pensées. Une majorité parlementaire et un Président de la République ont été démocratiquement élus, si la critique et le débat sont légitimes dans un État de droit, cela doit toujours se faire dans le respect des institutions. Le FN ne les respecte pas, son but est de les détruire.
Alors si nous ne voulons pas retomber dans des temps sombres, où les plus forts avaient le dernier mot, faisons valoir nos droits de citoyens en votant justement et ne plaçons pas notre pays dans une insurrection électorale qui le mènerait à sa perte.
 
« La patrie, c’est la multiplication de l’âme individuelle par l’âme de tous. » Jean JAURES