Pascal Deguilhem
   

Grève des salariés d’Ikéa


Un conflit symptomatique du blocage des salaires en France.
Les principaux syndicats d'IKEA (CGT, FO et CFDT) appellent les 9.000 salariés de l'enseigne à une nouvelle grève "massive" samedi pour exiger une hausse salariale pour tous.



Grève des salariés d’Ikéa

Les syndicats ont appelé à cesser le travail dès jeudi soir après une réunion avec la direction qui n'a pas permis d'aboutir à un accord.




Les syndicats demandent 4% de hausse des salaires pour tous alors que la direction leur a proposé, lors des discussions dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire, 2% d'évolution de la masse salariale, dont 1% d'augmentation collective, le reste en fonction du mérite.Ce conflit est symptomatique du blocage qui existe en France en matière de négociation sur la hausse des salaires. Or, relancer la hausse des salaires est un enjeu majeur pour le pouvoir d’achat, pour la justice sociale et pour la relance.



Le parti socialiste s’indigne de l’absence de propositions du gouvernement Sarkozy-Fillon en matière salariale. Il n’a pris aucune initiative dans ce domaine, par exemple pour encourager la signature d’accord sur l’augmentation des salaires. Il laisse les salariés démunis.



Le parti socialiste réitère sa proposition d’une part, de revaloriser le SMIC et, d’autre part, de soumettre le maintien des allégements de cotisations sociales à l’existence d’un accord d’entreprise ou de branche de moins d’un an.



Un véritable plan de relance passe par une redynamisation de la consommation, dont le moteur principal doit être une augmentation des salaires, c’est-à-dire une plus juste répartition de la richesse produite, favorisée par la négociation.