Pascal Deguilhem
   

Croissance




Croissance
D’après les chiffres publiés par l’INSEE, le 15 mai dernier, notre système économique est entré en récession. En effet, la France enregistre deux trimestres consécutifs de croissance négative. La situation économique de la zone euro est évidemment grave, néanmoins notre pays résiste (-0,2% ce trimestre après six trimestres de récession), malgré la baisse de nos exportations européennes (-0,5% ce trimestre) et de l’économie allemande (-0,7%). De plus, la récession que connaît la France est moins profonde que celle qu’a connue en 2008/2009.
 
Grâce aux actions gouvernementales de lutte pour l’emploi et de relance des investissements, toutes les conditions sont réunies pour une reprise au deuxième trimestre.
En effet, les chiffres, précédemment cités, attestent que la baisse du pouvoir d’achat en 2012 et la progression du chômage sont un seul et même phénomène à l’égard duquel le gouvernement concentre tous ses efforts.
 
En plaçant les jeunes au centre d’une politique de croissance, le gouvernement prend les mesures essentielles pour accroître l’emploi. Les contrats aidés, la politique de filière, mais également les emplois d’avenir et le contrat de génération en sont des exemples. Ainsi en allégeant le coût du travail (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi - CICE) et en évitant l’éloignement du marché du travail (2000 postes à Pôle à emploi), il endigue le chômage.
 
Un autre volet très important est la relance des investissements. Celle-ci permettra de regagner durablement les points de croissance qui nous manquent. Les mesures qui ont été prises desserrent la contrainte financière sur nos entreprises dans l’accès au crédit (réforme de l’épargne, création de la Banque Publique d’Investissement - BPI) et permettront la mobilisation de l’investissement public, en complément de l’investissement privé, sur des programmes d’avenir (numérique, rénovation thermique, préparation de la stratégie nationale d’investissement).