Pascal Deguilhem
   

Contre l'ouverture du capital de la Poste !




Contre l'ouverture du capital de la Poste !

A la veille du vote solennel à l'Assemblée Nationale sur le projet de loi sur la Poste auquel s'opposent fermement les députés socialistes, je tiens à vous transmettre l'explication du vote sur ce sujet.



Ce texte est en vérité un bon utile pour aller à l'ouverture du capital de la Poste et prélude à une possible privatisation. L’exemple de GDF est bien entendu là pour nous conforter dans nos craintes. Une remise en question de ce service public est une idée dangereuse. C’est d’autant plus scandaleux que rien n’oblige le gouvernement à cela : la Poste est déjà compétitive, fait des profits, et aucune législation européenne n’impose cette réforme...

Ce projet privera l’Etat d’un outil essentiel de l’aménagement du territoire et menacera ses missions de service public. Les problèmes soulevés par une privatisation sont multiples car les missions de l’établissement postal sont d’intérêt général. Qui pourra à l’avenir assurer aux Français que la péréquation tarifaire sera maintenue ? Autrement dit, que le prix du timbre sera le même dans toute la France ? Qui pourra garantir que le courrier sera toujours distribué partout et aux mêmes fréquences qu’aujourd’hui, si cela est peu rentable ? Qui pourra assurer aux foyers modestes une accessibilité bancaire ?



En présentant cette semaine ce projet de loi devant l’Assemblée nationale, le gouvernement ignore sciemment le grand succès remporté par la « votation citoyenne » du 3 octobre dernier. Il a également repoussé sans cesse l’examen de la loi organique qui aurait permis un référendum d'initiative populaire. Il veut donc s’assurer une adoption rapide de ce texte, en se contentant de donner quelques gages qui ne rassurent personne. C’est compter sans notre détermination. A l’image de nos collègues sénateurs il y a quelques semaines, nous nous mobilisons contre ce projet qui constitue une nouvelle atteinte aux services publics.

Toute la gauche pour un référendum sur la Poste



Face aux décisions arbitraires et unilatérales de plus en plus fréquentes de la part de la majorité de droite, telle que l’annonce de la privatisation de la poste, il est urgent d’étendre le référendum à l’initiative parlementaire et populaire.