Pascal Deguilhem
   

Communiqué de presse sur les Sages Femmes


Depuis le 1er février 2010, les sages-femmes du centre Hospitalier de Périgueux ont entamé une grève soutenue. Leurs revendications portent sur des créations de poste de sages-femmes dès l'ouverture de la future maternité qui doit avoir lieu le 10 février :



Communiqué de presse sur les Sages Femmes

    - soit un poste de sage-femme de nuit pour assurer la sécurité dans 2 secteurs beaucoup plus vaste que dans l'ancienne maternité,



    - un poste de consultation de sage-femme pour désengorger les consultations et valoriser notre



    profession avec reconnaissance de nos compétences professionnelles (profession médicale à compétence définie),



    - un poste de cadre sage-femme supplémentaire nécessaire à l'organisation du service.



Après négociation avec l'administration de l'hôpital, elles ont obtenu le poste de sage-femme de consultation mais essuyé un refus concernant les 2 autres postes dont principalement le poste de sage-femme de nuit dont nous avons un besoin crucial pour assurer la sécurité des mères et des enfants.



Leurs revendications sont justes et nous concernent toutes et tous, à partir du 10 février 2010 - Une seule sage-femme surveillera les deux secteurs d’hospitalisation, sur deux étages, soit 40 lits et 30 berceaux avec l’aide d’une seule aide-soignante par secteur.



- Cette sage-femme peut être amenée à quitter les secteurs d’hospitalisation à tout moment pour aller suppléer ses collègues de Salles de Naissances en cas de surcharge de travail, urgence vitale ou césarienne.



- Elle peut même aider le gynécologue obstétricien à réaliser une césarienne en urgence si l’infirmière de bloc opératoire de garde est occupée sur une autre intervention chirurgicale. Ce cas se produit déjà très régulièrement, l’absence des secteurs d’hospitalisation est de minimum 1 heure.



Les personnes hospitalisées dans ces secteurs peuvent être :

    - des femmes venant d’accoucher,



    - celles qui nécessitent un soutien de l’allaitement maternel,



    - les nouveaux-nés dont certains nécessitent d’une surveillance accrue,



    - des femmes enceintes dont la grossesse est à risque,



    - des femmes hospitalisées sur le point d’accoucher, non prises en charge en Salles de Naissances