Pascal Deguilhem
   

Choc de Simplification la Gauche l’a fait et ça marche !




Choc de Simplification la Gauche l’a fait et ça marche !
A la suite du « choc de simplification » annoncé par le Président de la République, en mars 2013, cet enjeu majeur s’est inscrit dans un programme de réformes gouvernemental.

Le sens et les objectifs de la simplification se veulent pérennes pour rendre les procédures administratives plus faciles, plus rapides et plus efficaces. Nombreux sont ceux qui ont été confronté à l’absurdité et l’enchevêtrement de certaines normes, à la lourdeur des processus.

Il était nécessaire d’agir pour fluidifier les rapports, encore trop complexes, entre l’administration et les citoyens ou les entreprises, mais cela sans remettre en cause les protections ou les droits essentiels.

En levant certains freins réglementaires, notamment à l’investissement et à l’embauche, et en donnant davantage de visibilité et de sécurité juridique, la simplification devient un véritable outil pour relancer l’emploi et la croissance.

La Simplification n’est pas une lubie politique mais une réelle politique structurelle. Comme le rappelle Thierry MANDON – Secrétaire d’Etat en charge de ce dossier : l’ensemble de ces simplifications ne sont pas des « intentions » mais constituent bel et bien un véritable plan d’action. A chaque mesure correspond un calendrier d’application, avec la volonté d’évaluer systématiquement les dispositifs mis en œuvre.

C’est pourquoi tous les six mois après la concertation et l’élaboration participative, le Conseil  de la Simplification pour les entreprises inscrit cinquante nouvelles dispositions au plan d’action. Parmi celles présentées en avril 2014, 75% sont en cours d’expérimentation, de généralisation ou sont déjà appliquées.

Quant aux particuliers, la même méthode participative est adoptée. En effet, quarante mesures, résultant directement de l’expression et des propositions des Français lors d’une grande consultation lancée sur internet entre juillet et septembre 2014, ont été reprises en conseil des ministres du 5 novembre 2014. Selon un principe clair : ce n’est pas à l’administration de déterminer ce qui est bon pour les Français, mais aux Français eux-mêmes de dire dans quels domaines ils souhaitent voir la simplification s’appliquer.

Si vous souhaitez suivre les mesures de simplification et leur état d’avancement  cliquez ici.

En conclusion, les études d’impact réalisées sur plus de 600 textes réglementaires attestent de la pertinence de la Simplification et témoignent des gains liés à celle-ci. Ils atteignent déjà 2,4 milliards d’euros. Et d’ici 2017, ce sont plus de 11 milliards de gains dont notre économie pourrait bénéficier.