Pascal Deguilhem
   

Changement de statut de La Poste : tous concernés, tous mobilisés.




Changement de statut de La Poste : tous concernés, tous mobilisés.
Véritable séisme sociétal, le changement de statut de La Poste est une question qui concerne chaque citoyen de notre pays. A ce titre, j'ai reçu à ma permanence parlementaire vendredi 11 décembre une délégation intersyndicale des postiers de la Dordogne, avec mes collègues députés Daniel GARRIGUE, Colette LANGLADE et Germinal PEIRO.
Sur un sujet aussi grave, nous avons ainsi montré que les lignes politiques s'effacent au profit d'un front commun de défense du dernier service public.

Le constat dressé par les syndicats sur les dernières années est alarmant quant à la présence postale, aux heures d'ouverture et au métier de postier. Le changement de statut voulu par le gouvernement, car c'est bien là une volonté politique et non une obligation européenne, ne fera qu'aggraver cette situation.

Les usagers paieront deux fois, d'abord par l'affranchissement de leur courrier, puis à travers leurs impôts locaux. En effet, pour maintenir une présence postale sur leur territoire, de très nombreuses communes, parmi les plus pauvres, se voient obligées de financer une agence postale communale, fournissant locaux et main d'œuvre.

Jusqu'à présent la Poste était la banque vers qui se tournaient les ménages les plus modestes. L'obligation de profits  qui sera faite à la future société privée La Poste contraindra celle-ci à se concentrer uniquement sur les comptes postaux qui lui rapporte.

Toute cette semaine a lieu à l'Assemblée Nationale le débat sur La Poste et l'activité postale. Le groupe socialiste a décidé que le premier amendement qu'il déposerait sera d'exiger un référendum préalable à tout changement de statut. Les français sont tous concernés, c'est à eux de décider!
Plus de 2 millions d'entre eux se sont exprimés à travers la votation citoyenne du 3 octobre dernier pour une consultation référendaire (34 000 en Dordogne).

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et en finir avec le déni de démocratie qui est sa seule ligne de conduite.