Pascal Deguilhem
   

Budget Enseignement Supérieure et Recherche


Beaucoup de communication, peu d'avancées !



Budget Enseignement Supérieure et Recherche
Nous déplorons que les efforts du Gouvernement soient essentiellement concentrés sur l’affichage, voire sur les « têtes de gondole ». En effet, les différents « rayons » du budget de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ne sont pas suffisamment remplis pour faire de l’université – de la connaissance – un pilier de la croissance durable et du développement social.

Le budget qui a été adopté est un budget en trompe-l’oeil. L’augmentation affichée n’est pas concentrée sur les crédits destinés à la vie étudiante, à la lutte contre l’échec – qui doit être une priorité – et à l’amélioration des conditions des enseignants. Si ce ministère a été épargné par les suppressions de postes, il n’en crée pas, alors même que plusieurs centaines de postes ne sont pas pourvus. La lutte contre l’échec des étudiants en premier cycle suppose une amélioration du taux d’encadrement ; or nombre d’universités ne disposent pas des moyens humains suffisants. Concernant le fonctionnement des universités, il n’y a pas de création de postes d’ATOSS alors qu’il s’agit de ressources qui manquent cruellement aux établissements. Autre élément fort de le communication de la Ministre : le plan Campus, qui est une autre mystification. Je pense que beaucoup d’universités et d’étudiants attendront encore longtemps les effets de ce plan Campus. Les bâtiments attendront, mais les étudiants aussi, car le budget de ce plan est en baisse de 38,7 millions d’euros, alors même que s’aggravent les inégalités d’accès et la dégradation de leurs conditions de vie. Malheureusement, nous ne pourrons saluer le dixième mois de bourse, que le Président de la République s’est empressé d’annoncer, car il n’est pas financé dans ce budget, il manque 155 millions d’euros! Pour ce qui est du logement, nous sommes loin des objectifs fixés. Le coût du logement privé et la quasi-impossibilité pour une grande majorité d’étudiants d’accéder à un logement étudiant contribuent, aussi, à l’échec, en particulier en premier cycle.