Pascal Deguilhem
   

Attention : Éducation en danger !




Ça y est la carte est tombée, et avec elle, comme depuis plusieurs années, son lot de fermetures de classes ! À la rentrée 2011 ce ne sont pas moins de 18 classes qui sont menacées en Dordogne. Que ce soit au Gour de l'Arche, à Clos-Chassaing, à Mensignac, à Mussidan, à Razac sur l’Isle et dans bien d'autres communes, l'avenir des enfants est soldé par la politique de l'UMP dont le seul but est de tout déléguer au secteur privé.

Voilà encore l’une des conséquences des coupes budgétaires du gouvernement et des suppressions de postes : au nombre de 16 000 cette année !

Le résultat est inlassablement le même :
- plus d'élèves par classe,
- moins de scolarisation des enfants de moins de 3 ans,
- moins de formation pour tous les enseignants,
- moins de remplacements,
- moins d'aide spécialisée en direction des élèves en difficulté.

L'École publique se questionne sur les missions qui lui sont confiées, jusqu'où le gouvernement va pousser le mépris pour le travail et l'engagement professionnel des personnels. Le découragement gagne, les jeunes ne sont plus attirés aujourd'hui par le métier d'enseignant. L’administration elle-même est aujourd’hui confrontée à des difficultés insurmontables pour organiser la répartition des moyens en perpétuelle réduction.

Ce lundi, j'étais avec les élus et parents d'élèves de l'école Eugène Leroy de Coulounieix-Chamiers où la disparition d'un poste EVS menace grandement le fonctionnement quotidien de l'établissement (269 élèves sur 13 classes dont une pour les gens du voyage). Ces employés vie scolaire ont pour mission d'apporter une aide administrative aux directrices et directeurs d'école étant entendu que les tâches administratives pour la gestion des écoles ne cessent de croître et ne peuvent être assurées quotidiennement par le seul directeur d'école. C'est là encore où il faudrait le plus de moyens que les coupes budgétaires sont de véritables amputations.
Puisque pour Luc Châtel le service public de l'Éducation est une marchandise, alors aujourd'hui à Coulounieix-Chamiers comme partout ailleurs, c'est la grande braderie !